Aller au contenu
Chargement...

CONFIEZ-NOUS VOTRE
RECHERCHE DE CÉLÉBRITÉ

Vous souhaitez contacter Philippe DOUSTE-BLAZY pour le faire intervenir lors de votre évènement d’entreprise, un séminaire, une conférence ?

N’attendez plus et faites confiance à Simone & Nelson, leader du celebrity marketing en France, en nous confiant votre recherche de personnalité !

Il partage son savoir

ses thèmes
d'intervention

Philippe Douste-Blazy intervient régulièrement pour des conférences ou des séminaires d’entreprise. Il peut intervenir sur de nombreux thèmes pour votre entreprise comme :

Vidéos de conférence de Philippe Douste-Blazy

Son histoire

Biographie de
Philippe DOUSTE-BLAZY

Médecin et politicien

 

Né le 1er janvier 1953 à Lourdes, rien ne prédestinait Philippe Douste-Blazy à faire carrière dans la politique. En 1982, il sort diplômé de son école de médecine, mais le jeune homme préfère se spécialiser en biochimie et continue donc sur une maîtrise en science. Il exerce ensuite comme cardiologue à Lourdes, puis à Toulouse à partir de 1986.

Deux ans plus tard, grâce à ses travaux et à sa réputation, il peut très vite enseigner, et notamment à la faculté des sciences de Toulouse. En mars 1989, il plonge dans le marasme politique et est élu maire de Lourdes, puis député européen de la liste Centre pour l’Europe. Puis en 1993, il est nommé ministre délégué à la santé auprès de Simone Veil et ministre d’Etat, de la Santé et de la Ville – poste qu’il occupe jusqu’en 1995.

 

Un ministre engagé

 

En 1994, il est élu au conseil général des Hautes-Pyrénées et devient également secrétaire général du CDS. Après l’élection de Jacques Chirac, candidat qu’il a soutenu durant la campagne présidentielle, il est nommé ministre de la Culture. Deux ans plus tard, Philippe Douste-Blazy est poignardé par un déséquilibré à Lourdes. Puis il perd son siège ministériel en raison de la débâcle de la droite. Il est désormais député de sa région.

En 2001, il ne se représente pas pour ce siège mais pour celui de la Haute-Garonne. Il gagne aussi les élections municipales à Toulouse et s’associe encore une fois à Jacques Chirac. En novembre 2004, il devient ministre des Solidarités, de la Santé et de la Famille avant d’être affecté un an plus tard au ministère des Affaires étrangères.