Aller au contenu
Chargement...

TéléramaQuentin Bordage, Directeur Général de Simone & Nelson, a livré à Télérama son analyse sur les relations entre les stars de la télé-réalité et les marques dans le cadre de leur article « Les rentiers de la gloire », paru dans le numéro 3430 de l’hebdomadaire.

 

Nabila Benattia, Amélie Neten, Anaïs Clamizuli, Kamel, toutes ces personnalités de télé-réalité sans compétences particulières réunissent aujourd’hui une influence médiatique considérable, poussant les marques à les solliciter. Dans son article « Les rentiers de la gloire », Télérama nous raconte les coulisses de cette célébrité éphémère.

D’autres candidats ont trouvé le moyen de monnayer leur utilisation massive des réseaux sociaux. C’est le cas d’Anaïs Clamizuli, « égérie » pour la marque de chaussures Clarosa, ou d’Amélie Neten, qui a signé une collection pour Metro Boutique, une marque de prêt-à-porter Suisse. La tendance aujourd’hui est au placement de produits : un cliché vantant les mérites d’un cosmétique, d’un vêtement ou d’accessoires posté sur les réseaux sociaux en échange d’une rémunération ou de marchandise. 

Un simple Tweet peut leur rapporter entre 150 et 500 euros. « Ils ont beaucoup de contrats de marques, car leurs réseaux sont très puissants, bien plus que ceux des certains sportifs ou de certaines célébrités. Mais ce sont de petites marques et des contrats éphémères, à l’image de leur notoriété », relativise Quentin Bordage, fondateur de Simone & Nelson, une société qui met en relation des marques et des célébrités.

Près d’un millions d’abonnés Instagram pour Jeremstar et Capucine Anav, autant de followers sur Twitter pour Amélie Neten, 1,7 millions pour Nabila Benattia… Ces derniers mois, certains ont aussi été contactés par la start-up berlinoise Greetzly, une plateforme qui permet aux fans de demander une vidéo personnalisée à leur idole contre un don. (…)

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le numéro 3430 de Télérama ou en cliquant ici.